Bonne année! 

Bonjour, bonjour!

Ça faisait longtemps, pas vrai? Oui, trop longtemps, je sais. 

Si longtemps que je vais un peu vous raconter ma life (pas trop, promis). 

En début d’année, il est coutume de se souhaiter « une bonne santé », un truc que l’on se souhaite sans vraiment y penser. Et pourtant, on se rend compte à quel point une chose est importante quand elle nous fait défaut. L’an dernier, je l’ai vérifié par moi même parce que c’est mieux. 

Pour vous la faire courte, l’an dernier on m’a diagnostiqué une maladie que je traînais probablement depuis un certain temps et qui me donnait l’impression de devenir cinglée. Enfin, plus que d’habitude quoi. J’étais stressée en permanence, irritable (essaye d’imaginer un état pré menstrues qui dure, mais qui duuuuure), au point que mes proches méritent un Nobel pour m’avoir supportée. J’avais des insomnies, je mangeais pour douze une journée et rien du tout le lendemain, j’étais euphorique et la seconde d’après déprimée. Je perdais du poids puis j’en reprenais un peu. Chaque petite chose prise individuellement avait sa propre explication et me semblait pas importante, jusqu’à ce jour chez mon médecin où je viens le voir pour une broutille. Il me trouve anormalement fatiguée, les traits du visage creusés.

Il me parle de la thyroïde, me dit « on va faire une prise de sang, juste pour être sûr ». 

C’est marrant comme on connaît mal les maladies avant d’y être confrontés de près. Dans ma petite tête d’ignorante, la thyroïde c’est ce truc qui te fais grossir ou maigrir. Ça pouvait pas être ça, j’avais perdu que 5 kilos, et puis j’avais fait du sport pour… 

Et pourtant. Quand les résultats sont revenus, j’ai eu droit à un appel flippant du docteur « viens me voir aujourd’hui ». Là tu comprends que potentiellement, ça pue. 

Et donc, le verdict est tombé: maladie de Basedow. Euhcékoi? 

Ouais, je sais, ça m’a fait pareil. C’est quoi? En langange clair c’est une maladie auto immune (donc mon système immunitaire qui se retourne contre moi) qui attaque la glande thyroïde. Cette petite chose, elle ne sert pas qu’à faire maigrir ou grossir, elle s’appelle aussi « la glande du tonus », et donc, quand elle ne va pas bien, vous n’allez pas bien. 

La mienne n’allait pas bien du tout. 

Ensuite, il a fallu des autres prises de sang, des rendez-vous avec des spécialistes, ceux que vous mettez six mois à rencontrer. 

Et ensuite tout s’est accéléré, le spécialiste, le chirurgien, le spécialiste, d’autres docteurs, d’autres prises de sang. 

Et finalement une opération en fin d’année qui a laissé une jolie trace sur mon cou, et quelques petites complications post opératoire. 

Si je vous raconte tout ça, ce n’est pas seulement pour vous raconter ma vie aussi passionnante soit-elle, c’est surtout pour vous dire de faire attention à votre santé. Je ne dis pas qu’il faut être parano et foncer chez le docteur à chaque manque de motivation, sinon on peut toutes prendre rendez-vous pour les 52 lundis restant avant la nouvelle année. Mais faites vous confiance, vous êtes celle qui vous connaissez le mieux. Si vous ne vous sentez pas comme d’habitude, que vous êtes plus fatiguée ou plus stressée, si ça dure, parlez-en à votre médecin. Une prise de sang pour se rassurer ça ne mange pas de pain. Et ça peut vous éviter bien des soucis. 

Alors plutôt que de vous souhaiter des sous dans votre porte monnaie (même si c’est important aussi, il faut bien les payer, nos paires de chaussures!), je vais vous souhaiter une santé en béton armé, qui vous fera déplacer des montagnes, et je vais terminer en vous remerciant d’avoir lu mon pas-si-petit-billet et en citant une amie très très proche qui se reconnaîtra sans doute: « l’essentiel, c’est le plus important! »

Des bises, je reviens bientôt,

G.