Do you hygge?

Bonjour tout le monde! 

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’autre chose que de mode, pour changer. 

Mais promis tu ne vas pas t’ennuyer pour autant. 

Le hygge, c’est cette tendance venue tout droit de chez nos copains vikings (Ragnar <3) qui décidément savent s’amuser. En gros, le « hygge », c’est cet art de créer une bulle de bien être pour être bien. Un feu dans la cheminée (ou du chauffage au sol), un plaid tout doux, un thé qui infuse et un bon bouquin. Vous voilà convertie. 

Comme vous ne le savez peut-être pas, je suis l’heureuse possesseuse (oui ça existe) d’un diplôme de Lettres moderne. 

A part faire joli dans le carton où je l’ai sans doute perdu depuis des années, ce bout de papier veut surtout dire que je suis plutôt du genre littéraire comme fille (sans déconner), et que par conséquent, j’achète autant de bouquins que de paires de chaussures. Même plus, en fait, parce que la littérature est un plaisir que l’on peut s’offrir pour pas cher du tout. 

Alors dans la littérature, c’est comme chez zara, y a à boire et à manger. Vous avez les classiques, ce beau jeans brut que vous portez sans réfléchir parce que vous l’avez depuis des années et qu’il vous rassure (je rentre toujours dedans, yay), ce petit pull bleu marine, cette robe noire, ces escarpins vernis. 

En d’autres termes, Victor Hugo, Émile Zola, Jane Austen, les sœurs Brontë.

Vous avez ceux que vous aimez aussi très fort et qui sont un peu comme l’oncle chelou qui fait des blagues cheloues au dîner de Noël et qui vous fout la honte sur Facebook. On l’aime bien, mais il est un peu original alors des fois on voit pas trop où il veut en venir.

F.S. Fitzgerald, Françoise Sagan, Boris Vian.

Puis il y a les pièces plus rares, que vous aimez ressortir de temps en temps mais qui ne vont pas avec tout. Mais que vous contemplez du coin de l’œil dans le dressing en attendant le bon moment. 

Laurent Gaudé, Henry Bauchau (merci Monsieur Halen, TMTC), Tolstoï, Faulkner. 

Oui, tous ces jolis noms, des lointaines connaissances aux plus proches confidents. Si vous espériez trouver ici un éloge de messieurs Lévy, Musso & co, vous pouvez passer votre chemin. 

Appelez ça déformation professionnelle ou autre, mais quand je lis un livre, j’aime que les phrases soient bien construites, que ce soit joli et que ça m’emporte quelque part. Et avec le temps, je deviens de plus en plus difficile à emporter (parce que je suis plus grosse).

Mais quand ça arrive, ça fait un bien fou! Et c’est ce qui m’est arrivé il y a peu, alors je vais partager ma découverte avec vous. 

Là je vais être un peu chauvine, parce que Lorraine représente, notre homme est vosgien, j’ai nommé Jean-Paul Didierlaurent. Après être passé par la nouvelle, il publie son premier roman, le liseur du 6h27.  

Ce bouquin est un ovni. Vous en parler sans vous spoiler tout en vous donnant envie de vous ruer dessus est une tâche ardue. C’est un vrai livre « feel good » qui vous redonnera foi en l’humain (pour un temps au moins). Le héros, Guylain, n’a rien d’un héros, c’est un type qui bosse dans une usine et qui vit sous les combles avec son poisson rouge (Rouget de Lisle). Tous les matins dans le train, il lit à voix haute des textes au hasard (ou pas) et, tu me vois venir, un jour tout va changer. 

Ce livre, c’est 200 pages de bonheur. 200 pages que j’ai dévorées en une seule journée. 200 pages qui nous rappellent que le bonheur se trouve dans l’infime, dans l’impalpable. Dans l’altruisme, dans l’échange. 

Ce livre, c’est l’histoire d’un mec qui décide d’aller vers les autres et de voir ce qu’il se passe ensuite. 

Et parfois on peut avoir de bonnes surprises. 

Peace,

G.

Bonne année! 

Bonjour, bonjour!

Ça faisait longtemps, pas vrai? Oui, trop longtemps, je sais. 

Si longtemps que je vais un peu vous raconter ma life (pas trop, promis). 

En début d’année, il est coutume de se souhaiter « une bonne santé », un truc que l’on se souhaite sans vraiment y penser. Et pourtant, on se rend compte à quel point une chose est importante quand elle nous fait défaut. L’an dernier, je l’ai vérifié par moi même parce que c’est mieux. 

Pour vous la faire courte, l’an dernier on m’a diagnostiqué une maladie que je traînais probablement depuis un certain temps et qui me donnait l’impression de devenir cinglée. Enfin, plus que d’habitude quoi. J’étais stressée en permanence, irritable (essaye d’imaginer un état pré menstrues qui dure, mais qui duuuuure), au point que mes proches méritent un Nobel pour m’avoir supportée. J’avais des insomnies, je mangeais pour douze une journée et rien du tout le lendemain, j’étais euphorique et la seconde d’après déprimée. Je perdais du poids puis j’en reprenais un peu. Chaque petite chose prise individuellement avait sa propre explication et me semblait pas importante, jusqu’à ce jour chez mon médecin où je viens le voir pour une broutille. Il me trouve anormalement fatiguée, les traits du visage creusés.

Il me parle de la thyroïde, me dit « on va faire une prise de sang, juste pour être sûr ». 

C’est marrant comme on connaît mal les maladies avant d’y être confrontés de près. Dans ma petite tête d’ignorante, la thyroïde c’est ce truc qui te fais grossir ou maigrir. Ça pouvait pas être ça, j’avais perdu que 5 kilos, et puis j’avais fait du sport pour… 

Et pourtant. Quand les résultats sont revenus, j’ai eu droit à un appel flippant du docteur « viens me voir aujourd’hui ». Là tu comprends que potentiellement, ça pue. 

Et donc, le verdict est tombé: maladie de Basedow. Euhcékoi? 

Ouais, je sais, ça m’a fait pareil. C’est quoi? En langange clair c’est une maladie auto immune (donc mon système immunitaire qui se retourne contre moi) qui attaque la glande thyroïde. Cette petite chose, elle ne sert pas qu’à faire maigrir ou grossir, elle s’appelle aussi « la glande du tonus », et donc, quand elle ne va pas bien, vous n’allez pas bien. 

La mienne n’allait pas bien du tout. 

Ensuite, il a fallu des autres prises de sang, des rendez-vous avec des spécialistes, ceux que vous mettez six mois à rencontrer. 

Et ensuite tout s’est accéléré, le spécialiste, le chirurgien, le spécialiste, d’autres docteurs, d’autres prises de sang. 

Et finalement une opération en fin d’année qui a laissé une jolie trace sur mon cou, et quelques petites complications post opératoire. 

Si je vous raconte tout ça, ce n’est pas seulement pour vous raconter ma vie aussi passionnante soit-elle, c’est surtout pour vous dire de faire attention à votre santé. Je ne dis pas qu’il faut être parano et foncer chez le docteur à chaque manque de motivation, sinon on peut toutes prendre rendez-vous pour les 52 lundis restant avant la nouvelle année. Mais faites vous confiance, vous êtes celle qui vous connaissez le mieux. Si vous ne vous sentez pas comme d’habitude, que vous êtes plus fatiguée ou plus stressée, si ça dure, parlez-en à votre médecin. Une prise de sang pour se rassurer ça ne mange pas de pain. Et ça peut vous éviter bien des soucis. 

Alors plutôt que de vous souhaiter des sous dans votre porte monnaie (même si c’est important aussi, il faut bien les payer, nos paires de chaussures!), je vais vous souhaiter une santé en béton armé, qui vous fera déplacer des montagnes, et je vais terminer en vous remerciant d’avoir lu mon pas-si-petit-billet et en citant une amie très très proche qui se reconnaîtra sans doute: « l’essentiel, c’est le plus important! »

Des bises, je reviens bientôt,

G.

Un peu de bonne humeur

C’est compliqué de trouver les mots aujourd’hui.

C’est compliqué de trouver les mots depuis Charlie. J’ai l’impression que dès que l’on essaye de faire en sorte que la vie reprenne le dessus, il se passe quelque chose qui vient nous rappeler que le monde ne sera plus jamais le même.

Et pourtant la vie continue. Elle ne s’est pas arrêtée en janvier, ni en novembre, elle ne s’arrêtera pas en juillet non plus.
C’est important. Ils nous prennent notre insouciance, ils n’auront pas le reste.
Une chose est sûre, on continue à acheter notre journal, on continue de boire des coups en terrasse. On continuera de fêter notre fête nationale en allant au feu d’artifice.

Je n’avais pas le coeur à vous shooter du look ce week end, mais j’avais envie d’essayer de détendre votre lundi matin; et j’ai eu une idée (ça m’arrive parfois)… J’étais en train de courir; et, je me suis dit que j’allais partager quelque chose avec vous.

Je me suis (re)mise à la course il y a environ 2 mois maintenant. Ce que je dois vous dire, c’est que je n’aimais vraiment pas ça. Vraiment pas. Ma première sortie, j’ai couru moins de 3 kilomètres et je me suis arrêtée au moins 5 fois. Une vraie catastrophe.
Mais j’ai écouté les bons conseils de ma gauche et de ma droite, et je me suis accrochée. Et maintenant, je cours 3 à 4 fois par semaine, et je commence à me débrouiller pas trop mal (pour une débutante). Et le plus bizarre dans tout ça, c’est que j’y prends goût. Musique à fond, double noeud sur les baskets, et on y va.

Et, pendant ces trente ou quarante minutes, tu es toute toute seule avec toi même. C’est salutaire après une journée stressante au boulot, ça détend le week end… ça fait du bien.
Mais moi, je suis bavarde (sans déconner) et même quand je suis en tête à tête avec moi même, je pense à tout un tas de trucs… j’arrive à m’embrouiller toute seule, et parfois c’est plutôt drôle comme je peux passer du coq à l’âne en moins de 2…

Aujourd’hui j’ai couru très exactement 43 minutes et vingt-trois secondes, soit une distance de, très exactement 5,67 Km.
Et ça donne ça:

  1. Bonjour (dis bonjour au voisin qui lave sa voiture)
  2. Lalalalala (chante en yaourt la nouvelle chanson de Britney Spears)
  3. Se demande comment la nouvelle chanson de Britney Spears est arrivée là
  4. Trouve que Britney Spears, c’était quand même chouette avant qu’elle craque son slip
  5. « oh baby baby…lalalala »
  6. Passe la chanson
  7. Il fait encore chaud dis donc
  8. Mais y a un gros nuage, j’espère qu’il va pas pleuvoir
  9. On accélère?
  10. On ralentis. T’enflamme pas madame.
  11. C’est pratique les cheveux plus court quand tu cours…
  12. Pourquoi j’ai coupé mes cheveuuuuuuuux
  13. J’aime bien mon short
  14. Il va avec mes baskets
  15. J’aime bien mes baskets
  16. Il me faudrait peut-être des nouvelles baskets
  17. Et un nouveau short
  18. Bonjour
  19. Tu pourrais répondre quand même
  20. Oh le joli petit chien
  21. Oh il a pas de laisse
  22. Reste où tu es joli petit chien
  23. C’est pas ici que j’ai vu un renard l’autre jour?
  24. C’est les joies de la campagne ma p’tite dame.
  25. C’est joli les renards
  26. Mon fils il dit « ouenar »
  27. Il me rend dingue ce môme
  28. Je l’aime comme une folle
  29. « Distance one kilometer, duration… »
  30. Seulement???
  31. On accélère?
  32. Ok, on accélère
  33. Oui enfin pas trop, ça monte un peu là quand même
  34. Si ça monte, ça redescend
  35. Enfin en théorie
  36. Il fait chaud, non?
  37. J’ai soif
  38. Il vient vers moi le gros nuage ou il s’en va?
  39. Demain c’est lundi
  40. Et c’est même pas bientôt les vacances
  41. Je veux partir en vacances
  42. Loin
  43. Longtemps
  44. Je voudrais être en vacances tout le temps
  45. Oui mais alors c’est plus des vacances
  46. Ca s’appelle le chômage
  47. C’est pas pratique pour partir en vacances
  48. Ni pour acheter des trucs
  49. Bon ben je vais aller bosser, en fait
  50. « Distance two kilometers »
  51. Je fais trop bien la voix le la madame de runtastic
  52. On dirait une madame de GPS
  53. Mais en plus sympa
  54. Oh j’aime bien cette chanson
  55. Celle là un peu moins
  56. Bon, tais-toi un peu, cours
  57. 2,8 km, demi tour, on rentre
  58. Rentrée!

Voilà.

Vous l’aurez compris, ce post avait pour seule mission de vous divertir, et j’espère que j’ai réussi à vous arracher un ou deux sourires. Dans tout ce bazar, c’est plus que pas mal.

Il me reste à vous souhaiter tout de même une bonne journée, et essayons de sourire.

C’est important.

G.

(Photo)bombed

Hey!

Devine. Il s’est passé un truc super bizarre ce week end. Il a fait beau.
Mais genre, vraiment beau.
Pas un temps tout chelou avec un coup des nuages, un coup de la pluie, un coup de la neige et deux secondes après 22 degrés.
Vraiment beau. Un temps de Juillet quoi.

Depuis le temps que je voulais vous faire un petit billet sur l’événement du mois… Non, pas l’euro. Ca c’est fini, dieu merci pour beaucoup d’entre vous, et pour moi aussi depuis que Zaza a cru bon de devenir un GIF plutôt que de tirer dignement un p***** de tir au but. (Comment ça, je prends les choses trop à coeur? Comment ça? Comment tu veux que je prenne les choses? Hein?)

Pardon. Je m’égare.

L’événement du mois, disais-je donc. Les SOLDES.
Te réjouis pas trop vite.
D’habitude, on est à peine mi-juin que j’ai déjà la visa greffée à la main (ventes privées, tu te souviens?) et honnêtement, cette année, le butin est maigre. Très, Trop.

Alors tu vas me dire, bah tant mieux, tu fais des économies, de quoi tu te plains?
Non mais d’accord, mais dans la vie, il y a des gens qui sont faits pour remplir leur PEL, et ceux qui sont faits pour acheter des robes.
Et, à ton avis.
Voilà.

Même chez l’espagnol, je n’ai pas réussi à m’emballer outre-mesure, si ce n’est pour cette petite chose repérée bien avant les soldes, observée du coin de l’oeil, et finalement, à moins 30% j’ai fini par céder.

Blouson simili cuir vert – Zara (sold out)

Je n’avais donc rien de bien transcendant à vous montrer, jusqu’à ce que.

Le truc improbable.

Il y a des choses, on t’oblige à les porter quand tu es gosse, et tu jures tes grands dieux que jamais, jamais tu ne reportera ça de ta vie.(Souviens toi du bonnet-écharpe 2 en 1)…
Parmi ces choses, il y’a… la salopette.

Je te jure, je crois que je devrais en parler avec un professionnel pour que je retrouve avec l’hypnose un éventuel traumatisme lié au port de la salopette.
Parce que autant j’arrive à trouver ça joli sur les autres, sur moi, c’est NON.

On ne le dira jamais assez, en matière de mode, il n’y a pas d’interdits, que des règles de bon sens.
Et comme la mode est un éternel recommencement…

Tout ça pour dire: j’ai acheté une salopette, et je trouve ça plutôt chouette.

Ah, et accessoirement, je me suis allégée d’une bonne dizaine de centimètres capillaires.

Alors, elle est sold out chez Best Mountain, mais j’ai trouvé chez les anglais une soeur jumelle: Combi short denim – Asos


Je porte:

Salopette et top: Best Moutain (en soldes, 59 euros le tout)
Sac: Nat & Nin
Bracelet: Hipanema
Collier: Hop Hop Hop
Chaussures: Eden shoes
Lunettes: Chloé

Et aussi, je suis photobombée par mon fils, et je sens déjà qu’il va me voler la vedette.

Autant vous dire que j’aime moyennement ça, mais je commence à avoir l’habitude, parce que c’est une vérité universelle propre à chaque maman: mon fils c’est le plus beau.

Sur ces sages paroles, je vous laisse profiter de votre premier jour sans foot à la télé; bon lundi tout le monde!

G.

L’été sera chaud…

… Enfin s’il arrive un jour, n’est-ce pas.

Alors je n’ai pas une formation de météorologue et je ne m’appelle pas Catherine Laborde non plus, mais je me dis que si arrivant au mois de juillet on n’a toujours pas vu le soleil, ben ma p’tite dame, ça pue. Déjà qu’on n’a pas eu de printemps, si en plus on n’a pas d été, moi autant te dire que je vais aller vite fait bien fait chez Casto pour m’acheter une corde.

Honnêtement. L’heure est grave, les amis. Si on peut même plus voir un coin de ciel bleu de temps en temps…

Non mais, quitte à digresser faisons le correctement. Je m’adresse à toi, la jeune maman d’enfant(s) en bas âge. Sérieux. Si on peux même plus claquer la marmaille dehors pour que ça se dépense autrement qu’en coloriant le canapé avec ses Crayola, moi je vais pas faire de vieux os…

Faut pas déconner, il est tout neuf le canapé. Et en plus, je pense que je ne survivrai pas à mon cent-trente-sixième visionnage de Volt. (Quoi, tu connais pas Volt? Le chat, le chien et le rongeur, c’est la recette du bonheur?) (Featuring la chanson Disney bien pourrie comme il faut qui te reste dans la tête, genre, tout le temps).

Là, tu comprends peut-être un peu mon désespoir. C’est même pas qu’une question de vitamine D et de plus ressembler à blanche-neige, nooooon. C’est un besoin vital.

Bref! Je te raconte un peu ma life, pardon hein. Dis-le si je t’ennuie aussi…

Sinon, ça va toi? Tu veux voir du look un peu?

Brexit oblige (noooooooon, les gars, on vous aime bien, merde. Fallait rester jouer avec nous…) brexit oblige; je disais donc, j’ai sorti une petite jupette made in england, chinée dans ma boutique préférée du monde entier, j’ai nommé Appletree. Si je te la montre maintenant, c’est aussi parce que je l’avais shoppée en soldes, et c’est de saison.

Nous y voilà.


Je porte:

Top à bretelles – Pimkie
Jupe – Appletree boutique
Pochette: 1951 Maison Française
Collier et bracelet: HopHopHop
Chaussures: Lollipops
Lunettes de soleil: Chloé

Belle journée!

G.

Belle des champs

Enfin belle, tu te doutes bien que c’est pour faire un titre quoi, hein.

Bref.

Vous allez bien?

Vous survivez aux orages, à la grêle, au vent, aux inondations, aux sauterelles qui tombent du ciel?

Bon, ok, pour le dernier, j’exagère. Un peu.

Donc c’est en chassant les rares rayons de soleil que je vous reviens avec du look. Comme il faut profiter de toutes les minutes d’ensoleillement que l’on a pour fixer la vitamine D et accessoirement pour sortir les habits d’été (au cas où vous auriez un doute, on est bien au mois de Juin, oui) et donc voici voilà.

Comme pour conjurer tout ce gris qu’on s’est mangé, j’avais envie de blanc. QUE de blanc. Alors j’ai sorti mon joli top Sézane, et biiiim!

Hein qu’il est joli?


Plus, je porte

Top: Sézane
Short : pimkie
Sautoir et manchette : bijou Brigitte
Sac : Nat & Nin
Lunettes : Chloé
Chaussures: Eden

Alors, on croise les doigts très fort pour le retour du soleil très vite, et en attendant on passe une bonne journée! 

G.

Prends soin de toi #3

Pour le dernier article de la série « prends soin de toi » je vais vous parler des soins pour le corps. Vous allez tout savoir de moi à force! 

Donc, on va parler body. 

Et oh, surprise, les premiers produits dont je veux vous parler, viennent de chez… Rituals! 

En ce moment, je teste la gamme au miel et à la rose, de la mousse de douche au gommage en incluant la crème pour le corps. 

Et sérieusement, c’est une tuerie! 

Cette odeur… Ohala !! 

https://eu.rituals.com/fr-fr/rituels/the-ritual-of-ayurveda/ 

Déjà rien qu’avec ça vous êtes parées. 

Mais si vous en voulez plus… 

Une jolie découverte faite dans la Birchbox… 

Un gel corporel à la vanille et à la noix de coco, ça vous tente?

C’est bien ce que je pensais. 

Vanille. Noix de coco. Bim. 

Sabon – Gel Sorbet 

Ce truc est génialissime, je l’utilise depuis plus d’un an. Je ne me lasse pas du parfum. 

Si vous êtes aussi gourmandes que moi, ça devrait vous plaire aussi. 

Bonus: parce que c’est bientôt l’été (oui, sur le calendrier) on pense aux vacances… 

https://birchbox.fr/marques/hei-poa/monoi-frangipanier

Du monoï! 

A mettre sur la peau, dans les cheveux, partout où vous voudrez! 

A défaut d’avoir du soleil, vous sentirez bon les vacances… Maigre consolation, mais consolation quand même… 

Voilà, maintenant, on file dans la salle de bain, et on prend un peu de temps pour soi, parce que ça ne fait jamais de mal!

Bonne journée, 

G.

Prends soin de toi #2

Comme promis, on continue sur la même lancée que l’article d’hier. 

On se chouchoute, on prend soin de soi. 

Après avoir dompté sa crinière, on s’occupe de sa peau. 

D’abord, les produits de tous les jours. Pour ça, et depuis des années maintenant, je fais confiance à Clarins. 

Le premier produit, qui est vraiment MON indispensable à moi, c’est le fameux « multi-active jour ». J’ai d’abord utilisé la crème de jour, puis, ayant la peau mixte, je suis passée au « fluide », une texture moins grasse qui convient mieux à mon type de peau. 

Ce petit flacon, c’est que du bonheur. Une odeur douce, une hydratation au top, une texture qui pénètre rapidement et qui ne graisse pas ma peau. Le tout avec un SPF 15 (protection UV) et un actif qui lisse les premières rides. 

Vraiment, même après plusieurs années, je ne m’en lasse pas. Et je ne pense pas que je trouverai mieux. 

Certes ça a un coût, mais je profite toujours des réductions Sephora pour renouveler, et j’utilise environ 2 flacons par an, ce qui au final, est plutôt honnête. 

Fluide -multi active jour – Clarins

Récemment, je me suis laissée convaincre par la vendeuse (qui pour une fois ne m’a pas pigeonnée) et j’ai complété ma routine journalière par un sérum et un nettoyant de la même marque. 

Le sérum tout d’abord. J’avoue avoir été sceptique. Femme de peu de foi que j’étais. 

J’en suis ravie! Je l’utilise une fois par jour, avant la crème de jour. Il s’agit du sérum « anti pores dilatés ». Honnêtement, les premiers jours, je n’ai pas vu de différence. Les jours d’après, j’ai trouvé ma peau un peu bizarre. 

Et ensuite, miracle. Peau lissée, grain de peau visiblement affiné. Vraiment. 

J’ai l’impression de parler comme la madame dans la pub, mais sérieusement, je suis ultra satisfaire de cette petite chose. Deux petites pressions dans la main, et on applique, et c’est fini.

Sérum pores dilatés – Clarins

Nouveau venu aussi, le nettoyant doux, toujours Clarins. 

Je ne vais pas vous refaire l’histoire, j’adore. Voilà. C’est onctueux, c’est agréable, ça laisse une peau douce et hydratée, avec la légère odeur de bébé des produits Clarins… Moi j’adore.

Doux nettoyant – Clarins

La crème de nuit, je vous en ai déjà parlé en long et en large, c’est la « deep recovery night cream » de Rituals. Je suis toujours aussi satisfaite, je ne vais pas en remettre une couche (de crème, ahah)…

Bref. Je m’égare. 

Il me reste encore 2 produits à vous présenter. 2 masques pour être précise. 

Deux masques, pas le même usage. (Il faut varier les plaisirs on a dit).

Masque, 1er du nom: Color Control, Herborist. 

La promesse, hydrater tout en rendant votre peau parfaite. « Masque perfect dur de teint », qu’ils disent. Et ils ont raison. Ce masque est crémeux, frais. Et il laisse une peau hydratée et douce, et un teint tout rosé de bébé. (Vrai!) Je l’utilise depuis plus d’un an, 2 fois par mois, et honnêtement, lui non plus je ne peux plus m’en passer. 

Masque perfecteur de teint – Herborist 

Masque, 2eme du nom: masque rééquilibrant, L’occitane. 

Alors là, c’est un produit pour les peaux mixtes. Il aide à purifier et à resserrer les pores à l’aide de poudres libérales et végétales. C’est un peu comme appliquer un masque à l’argile. C’est agréable, et très efficace à la fois. Pour les peaux mixtes, c’est un indispensable. 

Masque rééquilibrant – L’occitane

Voilà! Mes quelques produits chouchous pour le visage. 

Bien sûr, je vous parle de produits adaptés à ma peau. L’important, ce n’est pas d’utiliser le même produit que la copine ou le petit nouveau de telle ou telle marque. Il faut vraiment utiliser les produits qui vous correspondent. Dans le doute, demandez! 

Belle journée hydratée, 

G. 

Prends soin de toi #1

Cette semaine, vu le temps maussade, j’ai décidé que c’était le moment de se chouchouter.C’est l’occasion de vous parler de mes produits fétiches.

On va parler cheveux aujourd’hui, soins du visage demain et soins du corps ensuite. (Je vous tease l’air de rien, t’as vu ?)

Parlons donc crinière.

Les cheveux, pour une fille, c’est sacré, mais allez comprendre pourquoi, c’est comme avec le reste, on a un rapport vraiment conflictuel avec notre chevelure la plupart du temps.

Ils sont lisses on voudrait des boucles, ils sont bouclés on se borne à les lisser, pas assez de volume, trop de volume, trop courts, trop longs, bref, ça ne va jamais comme on veut.

En ce qui me concerne , et pour le dire joliment, j’ai les cheveux de type méditerranéen. (Merci papa). En clair, et en décodé, ça veut dire que j’ai des cheveux de merde.

Bouclés, mais pas suffisamment pour avoir des jolies boucles, et avec la maladie des cheveux bouclés : ils sont secs. Très secs.

Le gros souci, avec les cheveux secs, c’est l’hydratation. Pour avoir des cheveux correctement hydratés, il faut utiliser les bons produits. Enfin, il faut surtout trouver celui qui nous correspond.

Pendant plus d’un an, je suis restée fidèle à la marque Australienne Aussie, et à ses odeurs sucrées. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, j’ai appris à mes dépends qu’avec les cheveux secs, il vaut mieux fuir les cochonneries type silicones. Par ce que sur le coup c’est chouette, c’est tout doux, c’est neuf, ça brille, c’est lavé avec Mir Laine et tout le tralala. Mais à long terme, c’est la cata, parce que ça n’hydrate qu’en surface, et donc, le problème est toujours là. Et c’est de pire en pire…

Pour éviter la solution radicale du passage chez le coiffeur, si ce n’est pas trop tard, il y a une solution.

Changer pour des produits plus naturels. (Le changement, c’est maintenant).

Bon, après, y a changement et changement. J’ai déjà testé les shampooing ou sur l’étiquette il y a plus de choses barrées que l’inverse (sans paraben, sans sulfates, sans silicones, sans alcool, sans tout), et clairement, c’est pas pour moi.

Je sais que c’est une question d’habitude et que sur le long terme, il paraît que les cheveux sont drôlement mieux.

Mais je suis désolée, je n’arrive pas à trouver le plaisir en me lavant la tête avec ce genre de produit.

C’est très contradictoire ce que je dis, mais pour moi le shampooing c’est un rituel beauté aussi important que le reste, et donc, je dois y trouver du plaisir.

Par l’odeur de produit, la sensation après lavage, peu importe. Mais quelque chose.

Compliqué, hein ?

Pas tant que ça en fait.

La solution était devant mes yeux depuis presque 2 ans, pas loin du lait en poudre de mon fils: les produits Klorane.

Alors oui, c’est un petit budget. 16 euros les 400 ml de shampooing et les 150 ml de baume après shampooing.

Bon.

C’est un petit investissement, mais 400 ml de shampooing, sachant qu’il n’est pas nécessaire de vider la moitié du flacon sur la tête à chaque lavage… normalement, j’ai de la marge.

Je voulais vous en parler parce que c’est un vrai coup de cœur, et un petit miracle pour les tignasses sèches et rebelles comme la mienne. 

Dès la première utilisation, j’ai senti une différence.

Les cheveux sont plus beaux, plus hydratés (moins de frisottis, plus de douceur), moins cassants, et pas du tout alourdis (pas de silicones !)

Franchement, j’ai hâte de voir ce que ça peut donner sur le long terme, mais ça commence bien.

Le parfum est agréable sans être oufissime non plus, mais il est léger et ça me suffit.

Info supplémentaire (de taille), la gamme proposée par Klorane est assez complète, donc je pense que tout le monde peut y trouver son compte…

Quoi qu’il en soit, ne désespérez pas, si j’arrive à dompter ma crinière, vous le pouvez aussi !

Si vous voulez aller faire un tour du côté du site internet (il est même possible de faire un diagnostic capillaire, la classe) pour aller découvrir les produits, c’est par ici: http://www.laboratoires-klorane.fr/cheveux/

Belle journée pluvieuse (ça va faire du bien à mon brushing)

G. 

Coup de coeur et prix tout doux

Je reviens aujourd’hui pour vous parler d’une marque française, marseillaise pour être plus précise. 

C’est une marque que j’aime beaucoup depuis un petit moment déjà, et l’occasion est trop belle, il faut que je vous en parle. 

Cette marque, c’est Cozete.

Cozete, c’est le mélange parfait de simplicité et d’originalité. 

Les robes sont simples, mais elles ont toujours ce petit quelque chose en plus qui fait que. Un détail, un imprimé, une goutte dans le dos… 

Si je vous en parle maintenant, ce n’est pas sans raison. C’est parce que Cozete nous gâte. 

En plus de la jolie collection printemps été, le e-shop s’est enrichi d’une catégorie « braderie », où vous retrouverez certaines pièces des collections précédentes à prix tout doux. 

Je ne vous cache pas que j’aurai bientôt une nouvelle robe à vous montrer… 

Comme c’est plutôt une bonne nouvelle, je voulais partager ce bon plan avec vous, parce que je suis comme ça moi, je fais profiter les copines. 

Je te montre même les jolies choses que tu peux trouver chez Cozete: 

Cozete – Braderie

A votre avis, j’ai pris laquelle? Et toi? Laquelle tu prends? 

De rien 😉 

G.